POURQUOI CE TYPE M'A FAIT UN SIGNE ?

 

Traduit de LINK Magazine ( printemps 2004 )

par Martine SPEISSER

 

 

 

Signe du motardSupposez qu’on vous demande :

«C’était quand la dernière fois que tu as fais signe à un autre motard ? »

Est-ce que tu penserais :

« Oh, cela fait sacrément longtemps ! »

Ou te demanderais tu, «mais de quoi il parle ? »

Je pense que les membres du 59 sont partagés à part égale par rapport aux 2 réactions.

Les plus jeunes se demanderont pourquoi les motards voudraient se faire signe et les plus vieux pourquoi ils ont arrêté un jour de se faire signe.

Jusqu’à environ 25/30 ans en arrière, il serait juste de dire que la moto en général était un moyen de transport plutôt stressant et non-fiable. Ou bien vous adoriez cela ou vous le haïssiez. Et même les supporters les plus dévoués admettront que s’ils voulaient se faire plaisir et aller faire un tour de moto par un beau dimanche ensoleillé, la plus grande surprise de la journée était si la moto démarrait !

Si alors vous charmiez la bête et l’ameniez jusqu’à votre destination, et en plus qu’elle vous ramène, sans avoir eu trop de problèmes durant le trajet, alors vous aviez gagné le gros lot !!!!!!

Quoi qu’il en soit, cela faisait partie du jeu et nous le savions.

Aucun déplacement ne pouvait être prévu sans emmener de trousse à outils. Si vous n ‘en aviez pas vous-même, alors il fallait y aller avec un pote qui en avait une.

Et si vous partiez en groupe entre 6 et 12, c’était bien rare vraiment qu’on ne sorte pas les clés à certain moment.

Ce besoin de constant « bricolage » et réparations en bordure de route impliquait un réel esprit d’amitié et de fraternité parmi les motards. L’argent était toujours rare et il n’y avait pas un énorme réseau de professionnels prêts à aider dans n’importe quel cas.
De plus, il n’existait pas de service de dépannage comme il y a aujourdh’ui.

Les sociétés  RAC et AA (sociétés de dépannage actuelles) existaient certainement mais pour les dépannages de voitures.

De même que la plupart des motards étaient interdits de séjour dans le bars, les pubs, les clubs, les organisations pour voitures n’étaient pas intéressés d’avoir des rockers aux cheveux huileux chez eux. Et même si par un quelconque moyen, vous aviez adhéré à une telle association, il n’existait pas de dépanneuse qui pouvait transporter une moto eà l’état d’épave.

Non, vous deviez vraiment vous débrouiller par vous-même.

Les motards se réunissaient là où ils le pouvaient à cette époque. Dieu merci, il y avait des gens à l’esprit plus large, la plupart propriétaires de cafés pour routiers, qui réalisaient que l’argent des motards était le même que celui des autres, et qui les accueillirent.

 

 

 

La Suite ...